Il aurait pu être celui de « Maître Cornille » !

Oui et non, car ce n’est pas le vent qui faisait tourner ses meules, mais les eaux poissonneuses et sans cesse renouvelées de la « Lasgourgues ».

Que de petits bonheurs dans les mémoires autour de son bief, invisible de la route et du village ! René, Claude et les autres venaient y taquiner le goujon, d’autres venaient s’y baigner et faire leurs premiers plongeons !

Depuis 1748, et même avant, le moulin a fait son travail, il a nourrit des dizaines voire des centaines de familles qui, à cette époque, lui apportaient une part de leur récolte de blé, et recevaient en échange, chez le boulanger, les belles miches dorées et croustillantes.

Puis, il a dû s’arrêter, victime de l’industrialisation, la concurrence n’étant plus possible avec les « Grands Moulins ».
Hommage au Moulin
J-P Labessan, 2008
Oh, il a bien essayé, vaillamment, de reprendre du service au moment de la guerre, mais passés les jours difficiles, il a dû cesser de faire tourner ses meules, cette fois ci définitivement !

Alors, il est rentré en léthargie, sauf peut-être quand il a servi de cantine scolaire, sous la baguette de
« Mademoiselle Angélia ».

Et voilà qu’en 2006, comme pour renouveler le « Miracle du Moulin de Daudet », une poignée de Biassais, amoureux de leur moulin, ont retroussé leurs manches pour le sauver et réveiller les meules endormies.

Passants, promeneurs, approchez-vous ; alors vous entendrez de nouveau le cliquetis feutre des engrenages, et la chanson de l’eau qui tombe en cascade sur le rouet.

Longue vie au Moulin de Bias.
Bief
Voûte
Hydraulique
Infos diverses
Env. 1760
Acte 1771
Lettre 1801
Cadastre Napol.
Acte 1836
Cadastre 1857_66
Inventaire 1899
Historique
Salle des Meules
Etage & Combles
L'intérieur
Accueil
Hommage
Accueil
Arrière-plan /2006
Assoc. 2007/8
Activités